Interview croisée avec Christophe Ferrari Président de Grenoble Alpes Métropole

Dans le nouveau contexte post crise sanitaire, quelles sont aujourd’hui les grandes ambitions et les nouveaux enjeux de la Métropole de Grenoble, en termes de développement de la ville ? ainsi que vos opérations immobilières phare pour le renouveau urbain ? 

Ce sont les enjeux de transition écologique qui guident et ont toujours guidé les politiques publiques de Grenoble Alpes Métropole. Préserver des terres naturelles et agricoles, prendre en compte les risques naturels et technologiques particuliers de notre territoire, protéger nos ressources en eau et notre biodiversité, la nature dans les villes et villages, la bonne répartition des logements… cette liste n’est pas exhaustive mais reflète déjà une partie de l’ambition que traduit notre Plan Local d’Urbanisme intercommunal. Notre rôle, en tant que collectivité, consiste à accompagner au mieux les habitantes et habitants dans ces transformations écologiques que l’urgence climatique nous assène, tout en veillant à la dynamique de développement et d’attractivité de notre Métropole des montagnes.

Ces ambitions se traduisent dans deux grands projets que porte actuellement la Métropole : l’aménagement des Portes du Vercors, véritable éco-territoire mixte dont les logements, les activités économiques et les loisirs s’étalent sur un espace stratégique de 96 hectares entre le fleuve Drac et le pied du massif du Vercors. Nous y développons un transport par câble fiable, décarboné, moins couteux que le tramway, pour faciliter la traversée est-ouest de l’agglomération, enjamber l’Isère, le Drac, l’autoroute et la voie ferrée. Labellisé ÉcoCité, Portes du Vercors a obtenu un Repère d’Or au Grand prix d’aménagement : comment mieux bâtir en terrains inondables constructibles du Ministère de l’Environnement.

De l’autre côté de la Métropole, au sud, un autre projet de réaménagement commence à prendre forme pour offrir à 30 000 habitants un meilleur cadre de vie : GrandAlpe. C’est un territoire très fréquenté qui se situe à la croisée de 3 grandes communes, Grenoble, Echirolles et Eybens, avec de forts enjeux de rénovation de l’habitat, de réduction de l’exposition aux nuisances sonores et à la pollution de l’air.  L’exigence écologique y constituera un fil conducteur dans toutes les opérations d’aménagement entreprises : développement d’un réseau de chaleur urbain plus performant, rénovation thermique des logements sont des exemples des chantiers qu’il nous faudra entreprendre.

Quelles ont été vos motivations pour participer à cette première édition du City by SIMI ?

Nos villes et villages sont en constante mutation, et doivent composer avec la Métropole, une collectivité jeune et amenée à supporter de plus en plus de compétences. C’est là tout le sens de l’action de City by SIMI : mener une réflexion sur la façon dont villes et intercommunalité peuvent co-construire.
Cette alliance subtile entre théorie et pratique, entre partage d’expérience et opérationnel, que City by SIMI met en musique, représente tout à fait l’esprit grenoblois. Nous sommes une terre de science, de chercheurs et d’ingénieurs, nous aimons expérimenter et nous appuyons sur le savoir partagé pour mener nos actions.
Il nous a donc semblé tout naturel de contribuer à cette première édition et de mettre en lumière l’écosystème grenoblois qui dispose de tous les atouts pour répondre aux défis de demain : industriels performants, laboratoires de recherche de renommée internationale et formations supérieures reconnues. Grenoble Alpes est un territoire à l’esprit pionner. Notre métropole expérimente constamment et déploie des solutions innovantes au quotidien pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, s’adapter au réchauffement climatique, proposer une approche soutenable de l’utilisation du foncier et des mobilités urbaines.

Quelles sont les actualités de la Métropole de Grenoble que vous souhaitez mettre en lumière à l’occasion du City by SIMI ? 

Face au changement climatique, les Alpes sont en première ligne. En l’espace de 50 ans, les glaciers des Alpes françaises ont perdu 38 % de leur superficie,  les canicules estivales se font plus intenses et plus fréquentes. En somme, l’urgence climatique nous oblige, notre rôle d’accompagnateur des transitions se précise davantage et devient plus exigeant. La Métropole doit être le moteur du changement et embarquer tous ses habitants avec elle, en veillant à ne laisser personne au bord de la route ! Grenoble sera Capitale Verte Européenne en 2022. Cette nomination est le résultat de nombreux indicateurs : gestion des espaces verts, développement des modes de transports alternatifs à la voiture, lutte contre la pollution de l’air, respect de la biodiversité.

Grenoble, Capitale Verte Européenne 2022 sera officiellement lancée le 15 janvier 2022, marquée par de nombreux événements et rencontres. Elle sera tournée vers les jeunes générations pour prouver qu’une ville résiliente, respectueuse du vivant et qui garantit le bien-vivre pour tous est possible. Cette mise en lumière est la conséquence d’une préoccupation environnementale de longue date : nous sommes au rendez-vous des transitions. A nous à présent de fédérer les habitants, les acteurs institutionnels, culturels, scientifiques, économiques et associatifs de la région autour des défis communs qui nous attendent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *